EN ROUTE VERS COPENHAGUE (III) : L’ESPÉRANCE

18 de diciembre de 2009

Nous sommes déjà arrivés à Hopenhague, au moins virtuellement. Den lille havfrue, la petite sirène, elle nous reçoit et confesse ses doutes entre adopter une forme humaine ou revenir avec des néréides. Si elle revient avec sa famille des rejets et pêche incontrôlés l’attendent. Si elle décide de rester dans le bord, elle devra chercher une bonne assurance qui couvre les effets du trou de la couche d’ozone – et des dommages par des explosifs. Mauvais temps pour être sirène.

HopenhagueEt pas beaucoup meilleur pour être citadin. Le sommet contre le changement climatique a été habilement manipulé par les pays les plus polluants productifs, en préparant le terrain pour cracher des mesures insuffisantes. La doctrine néolibérale celle qui dit que tous sommes libres pour nous enrichir – et pour nous mourir de faim ou pour vivre dans une caisse en carton – connaît son marché. Avec l’habileté de boutiquiers asiatiques, la négociation préalable a été un marchandage habile. Tant, que n’importe quelle chose signée nous semblera déjà même bonne. Obama sourit comme un prisonnier savant dans les douches sur le point de dire “oops!”, en lançant avec dissimulation la plaquette de savon. “Yes, we can!”. C’est clair, tu pourras déjà …

Mais il y a des motifs pour l’optimisme. Internet, le réseau diabolique, a obtenu des mobilisations sans précédents. Des millions de signatures, des milliers d’évènements, de protestations … Ironies de la vie, ce qui a été en partie expérience militaire est l’élément qui nous donne une liberté. À travers du réseau et une forme parallèle au sommet, plus de dix mille activistes d’ONG’s se réuniront à Copenhague.

Croisons les doigts. Tous recourons à la devise de Greenpeace “Our climate, our future, your decision” (Notre climat, notre avenir, votre décision), mais nous devrions ajouter quelque chose de plus : Nos voix. Des hommes politiques et des colporteurs des millionnaires, couvrez plus nos attentes, sans nous vous n’êtes personne. Avec valeur, alimentons l’espérance.

Leer más